Hildegarde de Bingen était une abbesse allemande du 12e siècle, ayant reçu la plus haute reconnaissance théologique posthume de l’Église catholique en 2012. Elle est proclamée docteure de l’Église au mois d’octobre par le pape Benoît XVI. Sainte Hildegarde est alors reconnue pour ses œuvres directement tirées de ses visions. Elle est surtout célèbre pour avoir affirmé par écrit la portée de la qualité des plantes et des aliments sur notre bien-être, un concept très peu connu à son époque. De nombreuses recettes diététiques sont d’ailleurs inspirées de ses œuvres. 
Les prémices de la naturopathie expliqués.

Hildegarde de Bingen : qui est-elle ?

Née en 1098, Hildegarde de Bingen est une religieuse issue de la communauté bénédictine allemande. Elle fait partie d’une famille noble rhénane. Elle est placée au couvent à l’âge de 8 ans et devient abbesse à 38 ans avant de fonder sa propre abbaye en 1165. Dotée d’un don de prophétie depuis l’enfance, elle rédige divers ouvrages marquants contant ses propres visions. Également herboriste, Hildegarde retranscrit dans certaines de ses œuvres — notamment dans son livre « Causes et remèdes » — ses connaissances sur les plantes, leurs vertus et sa vision holistique de la santé. La santé physique, psychologique et spirituelle de l’Homme est alors au cœur de son enseignement de la médecine douce. Il faut adopter le comportement de prévention des maladies par une alimentation saine. Inspirée des connaissances révolutionnaires en botanique et médecine de sa maternelle, la marque Hildegarde de Bingen élabore diverses recettes diététiques répondant à différents besoins. La plupart de ses recettes se basent sur des mélanges d’épices et d’aromates. 

Les “aliments de la joie”

À son époque, sainte Hildegarde de Bingen promeut déjà des recettes exploitant les vertus des plantes et des aliments diététiques. Mais elle y note aussi la théorie des humeurs, au cœur de la médecine du Moyen-âge. Les « remèdes » qu’elle propose contiennent certains ingrédients insoupçonnés à l’époque : le fenouil, le gingembre, le thym, les légumes et fruits de la joie, ainsi que d’autres plantes et fleurs aux propriétés médicinales, bénéfiques à la santé de l’Homme. Hildegarde décrit dans ses œuvres les bienfaits de ces types d’aliments et leur importance sur la préservation de la santé physique et mentale et l’harmonie du corps et de l’esprit.

Le bien être par les plantes par Hildegarde de Bingen

Les aliments de la joie décrits dans ses œuvres sont aujourd’hui utilisés en naturopathie pour alcaliniser l’organisme en réduisant la consommation d’aliments acidifiants. L’équilibre du corps humain constitué de sang, de phlegme, de bile jaune et de bile noire doit être respecté à travers une alimentation équilibrée. Dans sa vision, certains aliments pouvaient provoquer un sentiment de joie, contribuant à la santé et à la vitalité du corps ainsi que de l’âme. À l’inverse, d’autres aliments sont source de tristesse et de mal de vivre. D’après ses recueils, l’acidité est étroitement liée aux émotions négatives, tandis qu’une surcharge de nourriture encrasse l’organisme et engendre la tristesse. Prônant la sobriété et la pureté de l’âme dans les aliments, l’abbesse évitait les aliments de masse standardisés. Pour préserver l’harmonie du corps et de l’esprit, Hildegarde conseillait la consommation accrue des aliments de joie et d’adapter son régime alimentaire en fonction de son état de santé, de son âge et de la saison.

Notre gamme Hildegarde propose des mélanges inspirés de la tradition. Ils sont prêts à être consommés et très faciles à ajouter en condiment.
Chaque mix porte un nom lié à une thématique.

Les principes clef (extrait du site Aromandise)

Les principes de vie et de santé qu’elle a expérimenté, conçu et développé par écrit en particulier dans Causae et curae « Les causes et les remèdes », dans « Physica » (Encyclopédie de la nature) ou dans « Scivias » (écrits visionnaires et mystiques) ont une portée intemporelle, y compris à notre époque moderne.

Seule une personnalité universelle de la trempe et l’expérience de Hildegarde de Bingen peut nous proposer une approche de la santé accomplie de l’homme dans ses différentes dimensions, une santé holistique.

– La santé de l’homme est celle de son corps de son esprit et de son âme.

– Il faut alimenter ses trois dimensions par les aliments adaptés. Travail spirituel, équilibre intellectuel et psychique, accomplissement social vertueux.

– Les actions, le mode de vie, les pensées sont fauteurs de santé ou de maladie tout comme les aliments, l’air, l’environnement.

– Les différents tempéraments humains ont des forces et des faiblesses différentes, il convient de le prendre en compte dans le diagnostic et les traitements.

– Différentes humeurs coexistent dans le corps et leur déséquilibre crée la maladie. Une interprétation des causes de maladie est permise moyennant cette compréhension

– La prévention est la meilleure médecine, qui consiste à conserver « la viriditas » force de vie, par une alimentation, un comportement moral et une vie juste dans ses trois dimensions.- La plupart du temps l’homme crée lui-même ses maladies car il ne respecte pas les équilibres.

– Certains aliments provoquent la tristesse, la dépression, le mal de vivre. D’autres aliments, au contraire, rendent joyeux. Ces aliments sont source de santé et de vitalité pour le corps, mais aussi pour l’âme qui vit alors dans la sérénité et la joie. Ces principes constituent une philosophie de la vie. Cette approche dans sa seule vocation thérapeutique est une véritable médecine holistique. D’un point de vue pratique pour la vie quotidienne il convient de cultiver une harmonie globale du corps, de l’esprit et de l’âme.

– Par l’alimentation « Hildegardienne » : consommer les aliments de la joie comme l’épeautre, supprimer ou réduire les aliments qui favorisent « la bile noire », une alimentation diététique riche en végétaux et pauvre en produits animaux

– Le jeûne Hildegardien

– Le bon fonctionnement des organes (ex : les organes de la digestion dont l’intestin ) et intervenir rapidemnt contre leurs dérèglements en modifiant les causes et en utilisant des aliments remèdes décrits par Hildegarde (Liber de plantis, 1er chapitre de Physica)

– L’hygiène de vie, l’exercice,

– L’environnement émotionnel, l’accomplissement social- Les pratiques spirituelles : prière, méditation…

Notre gamme Hildegarde

Photo by Unsplash


Laissez vôtre commentaire ici